Charles Joussellin, vice président de la SFAP, livre son regard sur les soins palliatifs à l'occasion de la remise au Président de la République du rapport Claeys - Leonetti sur la fin de vie

Charles Joussellin : “Le palliatif c’est apporter les soins de confort aux personnes en fin de vie”

Charles Joussellin, vice président de la SFAP ( Société Française d’Accompagnement des Soins Palliatifs), nous livre son regard sur les soins palliatifs à l’occasion de la remise au Président de la République du rapport Claeys – Leonetti sur la fin de vie.

En plus d’être Médecin, Charles Joussellin, est Docteur en Philosophie. Il travaille sur la prise en charge de la douleur et plaide pour une meilleure formation et sensibilisation du personnel soignant sur l’observation de la douleur. ” Malgré l’utilisation des possibilités médicales actuelles, trop souvent le malade et le médecin se retrouvent dans une impasse : l’un, accablé et douloureux, l’autre, impuissant et embarrassé de ne pas tenir correctement sa place de médecin.” Le Docteur Joussellin souhaite une plus grande implication du personnel soignant (infirmiers, auxiliaires de vie ) dans le traitement de la douleur. Les signes de douleur sont repérables assez facilement dans la pratique et il est difficile de se fier uniquement au ressenti du patient qui aura toujours tendance à accentuer ce qu’il ressent.

Charles Joussellin réagit sur le rapport Claeys – Leonetti sur la fin de vie. Réalisation Pitch News.

Charles Joussellin défend une approche humaine des soins palliatifs. Nous sommes arrivés ensemble à donner une définition simple des soins palliatifs : ” Apporter les soins de confort aux personnes en fin de vie”.

Dans la continuité des débats sur la fin de vie, il est important pour les aidants, les familles, les soignants, de bien connaître les définitions et le sens des mots “euthanasie”, “fin de vie”, “suicide assisté”, “sédation”. Pour comprendre comment interagir avec un proche en fin de vie il est primordial de pouvoir accéder à la culture palliative, au contact des médecins, des équipes sur le terrain, de tous ceux qui accompagnent les familles et les patients. En regardant, en écoutant et observant, on comprend combien la fin de vie est avant tout un rapport humain avec les proches, un rapport d’amour avec ceux qui nous entourent et avec nous-mêmes.

Pour poursuivre la réflexion sur l’accompagnement de la fin de vie :
le site du Docteur Charles Joussellin
les définitions d’Aidant attitude

Les propos de cet article ont été récueillis par Pierre Denis.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *