Depuis longtemps problématique, la situation économique des personnes en situation de handicap s’est à nouveau dégradée avec une hausse de l’Allocation adultes handicapés (AAH) insuffisante et devenue depuis un an plus restrictive, à quoi s’ajoutent des frais qui ne cessent d’augmenter.

handicap

Globalement revalorisée en 2018, l’AAH (Allocation adulte handicapée) attribuée aux personnes atteintes d’un taux d’incapacité permanente d’au moins 80% ou reconnues dans l’impossibilité de travailler est devenue plus difficile à obtenir pour les couples. En effet, les revenus du conjoint sont désormais pris en compte pour bénéficier de l’aide, pour un plafond de ressources du ménage établi à 19 505 euros. « Cette mesure m’a privée d’une auxiliaire de vie », constate Raphaël Rollot. Cet ancien footballeur professionnel, aujourd’hui âgé de 52 ans est paraplégique depuis plus d’une trentaine d’années. Dans l’impossibilité de travailler, ce sont les revenus de son épouse, aide-soignante, qui permettent au couple de fonctionner. « J’ai la chance de l’avoir, mais pourtant ce n’est pas à ma femme d’assumer mon handicap ! Elle a dû reprendre ses études pour obtenir cet emploi où elle est payée seulement 1 500 euros par mois. Le matin, elle se lève à 4h30, s’occupe de ma toilette et de mon repas avant d’aller travailler parfois jusqu’à 23h… », déplore Raphaël Rollot, furieux. Et de reprendre : « Le prêt immobilier, les médicaments qui ne sont plus remboursés, l’équipement spécialisé de la maison et les charges nous épuisent. On évite de contracter des prêts à la consommation, mais petit à petit on s’enfonce… »

Les couples privés d’AAH

La précarité des personnes handicapées est un problème qui n’est pas récent. Le handicap est, en effet, un véritable facteur de pauvreté et en France un quart des personnes qui vivent de minimas sociaux sont bénéficiaires de l’AAH (Allocation adulte handicapée). Mais beaucoup d’handicapées n’accèdent pas à cette allocation et perçoivent seulement le RSA, l’AAS ou l’ASI aux montants nettement inférieurs à ceux de l’AAH qui plafonne à 860 euros. De plus, les gens méconnaissent leurs droits d’accès aux dispositifs d’aide et de soutien régionaux et nationaux, ce qui ls privent de ressources supplémentaires.  « Un million et demi d’handicapés vivent en dessous du seuil de pauvreté fixé à 1026 euros. Ces situations de précarité peuvent faire suite à un accident du travail ou à un état de santé qui s’est dégradé et conduisent à un emploi à temps partiel, voire au chômage, dont les droits s’épuisent rapidement », observe Véronique Bustreel, conseillère nationale d’APF France handicap, spécialiste des questions d’emploi de formation et de ressources. Et depuis 2017, l’AAH ne considère plus les ressources de la personne mais celles du foyer : les couples se retrouvent ainsi défavorisés. « Le gouvernement a appauvri les personnes handicapées qui vivent en couple en s’appuyant sur le fait que la solidarité est une obligation entre les conjoints. Mais les acteurs du terrain souhaitent au contraire favoriser l’autonomie des personnes car il n’est pas rare que ce type de relation dans un couple entraine des rapports de dépendance ou de violence verbale, psychologique ou physique », explique Véronique Brustel.


Vidéo réalisée par l’APF France Handicap

Des équipements hors de prix

La situation financière de Raphaël Rollot et de sa femme s’est également compliquée avec le déremboursement de nombreux médicaments et la nécessité d’acheter un nouveau fauteuil roulant, plus adapté après les opérations dorsales subies par Raphaël. « Dans le dos, je n’ai que des prothèses. Il m’a donc fallu changer de fauteuil. J’ai dû attendre un an avant d’avoir une ordonnance. Heureusement, j’ai pu bénéficier d’un élan de solidarité de la part des supporters, des joueurs, des dirigeants du Racing Club de France et d’associations du Top 14 pour m’aider à financer les 8 000 euros que coute ce matériel, dont seuls 1 200 euros sont pris en charge », explique-t-il. A cela s’ajoutent 260 euros mensuels de frais médicaux divers que les mutuelles ne remboursent plus et des équipements adaptés aux soins médicaux hors de prix, comme la pompe qui lui distribue de la morphine et qui n’existe qu’à partir d’un appareil Apple onéreux. « L’augmentation des prix, des tarifs de mutuelle, les médicaments, les transports et les soins mal ou non pris en charge, le coût de certains produits de nettoyage ainsi que la nécessité de devoir consommer dans les commerces de proximité sont très lourds à supporter pour les personnes handicapées. Les restes à charge se cumulent et ce qu’il reste pour vivre est très limité, observe Véronique Brustel. Il est aujourd’hui urgent d’augmenter le pouvoir de vivre des handicapés, afin qu’ils puissent s’habiller, se nourrir, se soigner et d’accéder à la culture et aux loisirs car, nous le savons tous, la pauvreté nuit à la bonne santé et au bien-être. Le handicap génère de l’exclusion ; l’exclusion génère du handicap. Nous réclamons ainsi des revenus établis au-dessus du seuil de pauvreté, individualisés et non fiscalisés. Beaucoup de personnes en situation de handicap se retrouvent à la rue…Cela n’est pas acceptable. »

Pour l’Association des paralysés de France l’avenir est sombre et en dépit de la revalorisation de l’AAH en 2019 à 900 euros, les personnes en situation de handicap vont encore perdre en pouvoir d’achat dans les mois à venir.

Liens utiles :
APF France handicap
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F12242
https://www.handirect.fr/droits-et-handicap-le-point-sur-les-aides-existantes/

Sandrine Youknovski

Un commentaire

  1. N’est pas à l’un des deux conjoints de subir financièrement l’handicap merci de faire remonter l’info à qui de droit ministre premier ministre et président de la république

    Très bon article espère que les choses vont changer pour les couple que l’un des deux touches une ahh avec vos pièces dire que la situation est insoutenable ce nN’est pas à l’un des deux conjoints de subir financièrement l’handicap merci de faire remonter l’info à qui de droit ministre premier ministre et président de la république

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *