Les problématiques liées à l’handicap se retrouvent également au sein des gilets jaunes ! Rencontre avec Arnaud, aidant et à l’origine du groupe les gilets du cœur dans lequel il milite.

Aidant Attitude : Vous avez créé sur Facebook les gilets du cœur, un groupe de gilets jaunes destinés aux personnes handicapées. Dans quelles circonstances ce groupe a -t-il été lancé ?

Arnaud : Nous avons créé un groupe public sur Facebook au nom des Les gilets du cœur le 23 décembre 2018 afin d’apporter une force complémentaire au mouvement des gilets jaunes et de défendre tout spécialement les droits sociaux et économiques des handicapés, éternels oubliés de la République.  A Fougère, où nous résidons, nous avons croisé beaucoup de personnes en situation de handicap sur les ronds-points depuis le 17 novembre. Il nous a donc paru opportun de faire connaître leurs revendications, au regard de l’insuffisance des mesures annoncées dans ce domaine par le gouvernement et de donner des exemples concrets de leurs difficultés financières et sociales. Ce groupe rassemble déjà 180 personnes dont 80 % sont des personnes en situation de handicap.

Aidant Attitude : Comment le groupe fonctionne-t-il ?

Arnaud : Depuis la mise en place du groupe, nous avons coordonné les principaux acteurs du mouvement, soit 14 administrateurs de groupes de gilets destinés aux handicapés répartis sur le territoire avec lesquels nous menons une réflexion sur les meilleures stratégies pour des actions collectives ou régionales. Une pétition a été mise en ligne pour défendre les droits des handicapés et une adresse mail permet de nous joindre (coordination.action.handicap@gmail.com). Notre volonté est de fédérer le plus de monde possible et de converger avec le groupe Handi République qui est à mon sens le plus porteur de nos valeurs.

Aidant Attitude : Quelles sont les principales revendications des gilets handicapés ?

Arnaud : Les revendications des personnes handicapées sont multiples. Au niveau économique, la prise en compte du salaire du conjoint dans le calcul de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) a eu des conséquences très lourdes dans la vie de beaucoup de familles. Nous souhaitons d’ailleurs comprendre pourquoi l’AAH est désormais considérée dans le calcul des droits de Sécurité Sociale et de la CAF. Beaucoup de personnes ont perdu de ce fait l’accès à la CMU ou à la CMU-C, alors que l’on sait que la majorité des handicapés en France vivent en dessous du seuil de pauvreté (fixé à 860 euros). Nous demandons également davantage de mobilité avec la création de transports en commun dans les secteurs ruraux et des lignes directes vers les grandes villes, plus d’AVS dans les écoles et une accélération des démarches administratives de demande de droits car actuellement les délais de traitement des dossiers atteignent 8 mois !

Aidant Attitude :  Quelles ont été vos actions depuis la création de ce groupe ?

Arnaud : Nous avons déjà engagé un certain nombre de démarches. Une rencontre avec le Sous-Préfet de notre région est prévue ainsi qu’une autre avec le député. Nous avons aussi des rendez-vous avec la MDPH, la Sécurité Sociale et la CAF dans les mois à venir. Notre intention est de dénoncer les situations problématiques, les dysfonctionnements, de sensibiliser et de créer le buzz dans les médias. Nous sommes en effet sans attente du Grand débat… Par ailleurs, nous avons également noué des contacts avec des associations et des acteurs sociaux comme SOS handicap, ADAPT ou CLIC.

Aidant Attitude :  On parle peu des aidants, quelles sont d’après vous leurs principaux besoins ?

Arnaud : Je suis moi-même l’aidant de ma femme et de ma fille toutes deux handicapées. Pour moi, le plus gros frein est celui du travail. En effet, dans ma situation, il m’est impossible de décrocher un CDI. Je ne peux travailler que par Intérim car j’ai besoin de disposer de temps quand leur état de santé le nécessite. Cela nous pose de gros problèmes financiers… Mais les gilets jaunes sont déterminés ! Notre objectif est de tenir au moins jusqu’aux élections européennes. On ne lâche rien !

Propos recueillis par Sandrine Youknovski

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *