Aidant salariés, un colloque riche en perspectives

Le 17 mai 2019 s’est tenu le premier colloque Île-de-France sur les aidants salariés en présence de représentants du Conseil Régional, de la sénatrice Jocelyne GUIDEZ, initiatrice de la proposition de loi sur la reconnaissance des proches aidants, d’organismes et d’entreprises sociales et de santé et d’Aidant attitude. L’objectif de cette rencontre a été de mettre en avant les problématiques des aidants au sein des entreprises et de sensibiliser ces dernières à prendre les dispositions nécessaires pour relever ce défi sociétal.

Un colloque issu d’un constat

Estimés à 11 millions par le baromètre santé Odoxa de juillet 2017, les aidants familiaux sont de plus en plus nombreux en France à prendre soin au quotidien d’un proche dépendant.Une population destinée à croître en raison de l’allongement de l’espérance de vie en bonne santé qui est de 64 ans pour les femmes et de 62 ans pour les hommes.En activité pour la moitié d’entre eux, les aidants représentent un salarié sur six à partager leur temps entre leur travail et les soins à la personne.Un véritable double emploi, souvent assumé par des femmes, qui rend les journées difficiles et qui met entre parenthèses vie sociale, vie professionnelle, projets d’avenir et compromet un accès à des garanties de retraite correct. Obligés de pallier aux manques d’organisations médicales et sociales, les aidants assument les charges liées au maintien à domicile de la personne aidée jusqu’à parfois sept heures par jour : courses, repas, toilette, parcours administratifs et médical sont menées dans l’ombre, voire dans l’isolement et l’incompréhension de l’entourage. La plupart d’entre eux affirment ne pas avoir d’autre choix que d’assumer leur proche mais redoutent à en parler au sein de leur entreprise par crainte de perdre leur emploi ou d’être discriminés.Ces situations sont donc lourdes de conséquences au niveau professionnel, particulièrement lorsque l’aidant doit s’absenter longtemps,mais également pour leur santé mise en péril par la diminution de la qualité de vie, l’épuisement et les risques de burnout. Pendant ce temps, L’État réalise chaque année une économie de 164 milliards d’euros, le budget qu’il faudrait débloquer s’il fallait payer le travail des aidants.

Être un aidant salarié demain

La reconnaissance du statut de proche aidant par le gouvernement a été un premier pas. Elle a donné l’occasion d’évoquer les problématiques spécifiques des aidants familiaux et de les faire connaître. Toutefois, le travail à faire reste conséquent pour que les aidants accèdent à une véritable qualité de vie et puissent s’épanouir dans les entreprises. Pour cela, il est nécessaire que le corps médical et paramédical les identifie avec, par exemple, la création d’une carte spécifique. Ainsi, s’il va de soi que les aidants doivent bénéficier de davantage de bienveillance et d’une vraie vie sociale, il est également capital qu’ils disposent d’un régime de retraite et de congés adaptés, de dispositifs de relayage et de répit, d’allègements administratifs, d’un accompagnement après avoir été longuement absents de leur poste de travail, de soins de proximité et qu’ils soient présents et reconnus dans les décisions politiques.

Les pistes engagées

Le colloque du 17 mai dernier a permis de rassembler de nombreuses propositions destinées à améliorer l’avenir des aidants,émises par les spécialistes du soutien et de l’information présents.Une urgence a sonné : celle des entreprises de prendre des dispositions pour aider les aidants à mieux s’insérer. Campagnes d’information, d’écoute, d’orientation, sites web, affichages, conférences, assistance téléphonique, identification dans la fiche de paye, création de groupes d’aidants ont été évoqués pour soutenir les aidants et les rendre visibles à la fois auprès de leurs collègues mais aussi auprès des DRH et des équipes de direction.Pour aider les aidants, les entreprises ont été encouragées à faciliter le don de RTT, le télétravail, les adaptations d’horaires,les autorisations d’absence, les réductions de temps de travail, le maintien dans l’emploi et la formation professionnelle.Par ailleurs syndicats, CESU (chèque emploi service universel), médecine du travail et assistantes sociales présentent dans certaines entreprises sont à solliciter afin d’aider les aidants à supporter leurs charges.

Utiliser le réseau existant

Le projet Aidant en réseau mis en place par Aidant attitude s’inscrit pleinement dans la perspective de reconnaissance et d’entraide. L’objectif est de permettre aux aidants de s’identifier par l’intermédiaire de groupes de paroles, avec intervention d’un professionnel à raison d’une réunion par trimestre. Appliquée au monde de l’entreprise, cette initiative devrait pouvoir devenir autonome au bout de deux ans.
Il existe de nombreux organismes dédiés aux aidants. On note ainsi :
Le Conseil régional,
– La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA),
– La Maison des aînés et des aidants,
– La CRAMIF,
– La mutualité française et des instituts de prévoyances,
– Le Technicien-Coordinateur de l’Aide Psycho-social aux Aidants TCAPSA en complément des assistances sociales et des ergothérapeutes,
– La Fédération du Service aux Particuliers (FESP),
Aidant attitude
Avec nos proches (support téléphonique animé par des bénévoles anciens aidants),
Pros consulte (plateforme téléphonique avec des psychologues),
– Dôme (plateforme web de coordination des acteurs médico-sociaux),
Canceradom (outils techniques pour communiquer et informer),
Passerelle Assist’aidant.

La journée s’est révélée particulièrement riche en échanges et en informations sur la situation des aidants salariés.Souvent discriminés, ces derniers disposent pourtant d’une expérience riche et de compétences qui sont d’autant d’atouts pour les entreprises.Le temps est aujourd’hui de surfer sur la vague et d’agir ! Une initiative vivement encouragée par La Région IDF qui vient de financer à hauteur de 800 000 € une série d’initiatives à la faveur des aidants.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *