2020 année de changement pour les proches aidants

L’année 2020 aura-t-elle été une année charnière pour les proches aidants ? Particulièrement sollicités en 2020 en raison de la crise sanitaire, leur rôle est reconnu par tous comme plus que jamais indispensable. En effet, enjeux sociaux de responsabilité citoyenne et de santé publique, les aidants s’inscrivent au cœur de la politique de l’autonomie. La « stratégie de mobilisation et de soutien » annoncée en octobre dernier par le gouvernement s’était donnée pour mission de leur faciliter la vie. Congé indemnisé, solutions de relais au domicile, lieux d’orientation labellisés, ligne téléphonique spécifique… Un an plus tard, où en est-on ?

En octobre 2019, le gouvernement Philippe dévoilait son plan d’aide aux aidants constitué d’une série de mesures dont les applications devraient s’échelonner jusqu’en 2022. Au cœur de ce projet, largement porté par la sénatrice Jocelyne GUIDEZ et les associations d’aidants dont Aidant attitude : soutenir les aidants et les rendre plus visibles. Une enveloppe de 400 millions d’euros a ainsi été dégagée pour soutenir les 11 millions d’aidants qui s’occupent au quotidien d’un proche en perte d’autonomie ou en situation de handicap. La crise sanitaire liée à la Covid 19 qui nous a touchée dès le début de l’année a rendu ces initiatives urgentes. Qu’est-ce qui change donc pour les aidants cette année ?

Un congé rémunéré
Mesure phare du plan aidant, le congé indemnisé doit prendre effet en octobre 2020. Peu utilisé depuis sa création en 2017, il doit permettre aux aidants salariés de percevoir une rémunération lorsqu’ils doivent s’absenter pour s’occuper de leur parent à charge. Un salarié qui prend un congé de proche aidant pourra donc toucher à partir du 1er octobre 2020 une allocation journalière de proche aidant (AJPA) versée par la Caf qui s’élève à 52,08 € si l’aidant se trouve être une personne isolée et à 43,83 € s’il vit en couple. L’allocation mensuelle maximale est fixée à 22 jours au titre du mois civil. Ce dispositif assorti par des mesures visant à faciliter et à valoriser les parcours professionnels des aidants obligés de s’arrêter de travailler pendant une longue durée.

Des solutions de répits
Le système de relayage qui favorise l’aide à domicile doit être encouragé afin que les aidants puissent être relayés et bénéficier de répit. Inspiré du modèle québécois du baluchonnage, ce dispositif consiste à envoyer chez la personne aidée une équipe d’intervenants spécialisés pour permettre à l’aidant de s’absenter quelques jours. Développé par les centres d’action sociale (CAS) le relayage est en cours d’expérimentation dans un certain nombre de communes pour une durée de trois ans.

S’informer et être écouté
Certaines mesures annoncées l’an dernier par le « plan aidant » tardent toutefois à voir le jour. C’est le cas du dispositif intitulé « Je réponds aux aidants » qui prévoyait dès 2020 l’ouverture et la mise en réseau de lieux d’accueil labellisés pour orienter les aidants et à partir de 2022, la création d’une plate-forme pour accéder aux informations et aux services de proximité. Enfin, et également prévu pour 2020, un numéro vert est accessible au 0 800 360 360 pour les personnes en situation de handicap et les proches aidants.

Sandrine Youknovski

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *